jeudi 22 septembre 2016

Ken Liu - L'homme qui mit fin à l'Histoire

Quatrième de couverture :
Futur proche.
Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l'observateur d'interférer avec l'objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l'histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d'État.
Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l'Unité 731 se livra à l'expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d'un demi-million de personnes… L'Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d'occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l'Histoire.

Mon avis : 19/20 - COUP DE COEUR -
Une fois de plus, la collection Heures Lumières de Bélial' envoie du gros pâté. En une centaine de pages, Ken Liu réussit à poser des questions indispensables sur l'Histoire et son appartenance. A qui appartient l'Histoire ?
Mais commençons par le commencement. Le scientifique Evan Wei a mis au point un procédé pour retourner dans le passé, et il s'intéresse plus particulièrement à la période où l'Unité 731 était en activité.
L'Unité 731, si tu ne connais pas, c'est une unité militaire de recherches bactériologiques japonaise (et sur l'échelle des expérimentations, elle est au niveau Nazi ++, tu vois le genre ?)
Le problème, c'est que chaque visite dans le passé détruit cette particule de l'Histoire (et si tu es malin, tu comprends mieux le titre du livre).
Et c'est à travers différents témoignages, différentes interviews que l'on découvre des petites parcelles de la sombre histoire japonaise. Mais de nouvelles questions se posent : peut-on se fier à la subjectivité d'un témoignage ? Un peuple doit-il payer pour les crimes de ses ancêtres au nom de la vérité ? Est-ce que tout acte peut être justifié par le contexte de guerre ?
Beaucoup de questions et très peu de réponses. Mais ce livre permet au lecteur de faire son propre cheminement de pensée. La forme (documentaire) permet à l'auteur de garder une certaine distance avec le texte, ce qui n'est pas le cas du lecteur qui se sent directement concerné par le sujet de l'oeuvre.

C'est un texte court mais intense qui laisse le lecteur face à sa propre réflexion, et c'est bien la preuve que l'on est face à un grand livre de science-fiction, si ce n'est un futur classique.

D'autres avis ?

vendredi 16 septembre 2016

Olivier Liron - Danse d'Atomes d'Or

Quatrième de couverture :
Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse. Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée… 
D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian.

Mon avis : 18/20 - COUP DE COEUR -
Entrer dans ce livre, c'est partager quelque chose de très personnel avec l'auteur. Et ça, on le sent dès les premières lignes.
Certes, il s'agit d'une relation amoureuse, mais résumer ce livre à une simple histoire d'amour n'aurait absolument aucun sens, Olivier Liron nous fait vivre quelque chose de fort, il nous faire ressentir plusieurs associations de sentiments pourtant contradictoires. Ce livre est à la fois tendre et violent, joyeux et triste, mélancolique et dans l'instant. L'auteur nous peint une tragédie fascinante mais qui reste dans le Vrai. Il n'y a pas une ligne qui ne donne pas envie de tomber amoureux pour vivre de telles émotions.
On pourrait citer les nombreux thèmes évoqués dans ce livre, mais la première chose qui saute aux yeux lorsqu'on lit cette oeuvre, c'est l'écriture. L'écriture est absolument magnifique. A la fois fluide et poétique, elle n'est jamais trop lourde et reste totalement accessible. La forme prend le dessus sur le fond tout en captivant suffisamment le lecteur pour qu'il continue toujours plus loin.
Il est clairement impossible de décrocher de ce livre une fois commencé. La beauté de l'œuvre vous en empêche.

D'autres avis ?

vendredi 2 septembre 2016

Patrick Senécal - Hell.com

Quatrième de couverture :
« Monsieur Saul, nous vous souhaitons la bienvenue parmi notre groupe sélect. Sachez que l'enfer est partout et qu'il accueille deux classes de résidents : les démons et les damnés. La grande majorité des humains font partie de la seconde classe ; seuls les privilégiés comme vous appartiennent à la première. Et en enfer, les démons ont tous les droits. »

Depuis qu'il a pris la tête de la société immobilière de son père, Daniel Saul est devenu l'un des hommes d'affaires les plus riches du Québec. Dans la jeune quarantaine, beau, fonceur, intelligent et sans pitié pour la concurrence et les losers, Daniel a tout pour lui et ne se gêne pas pour prendre le reste.

Quand Martin Charron, un financier et ancien confrère de collège, lui propose de devenir membre de Hell.com, un site Internet secret où tout – mais vraiment tout ! – est possible pour ceux qui le fréquentent, Daniel sait qu'il ne pourra refuser de s'inscrire. N'est-il pas un « puissant de ce monde », comme son père l'a été avant lui et comme Simon, son fils adolescent dont il a la garde exclusive, le deviendra à son tour ?

Or, ce que Daniel Saul a oublié, c'est qu'on ne monte jamais aux enfers, on y descend ! Et leur profondeur, qui est abyssale, n'aura bientôt d'égale que celle de son désespoir !

Mon avis : 19/20  - COUP DE COEUR -
Comment parler de ce livre sans trop dénaturer son contenu...
Patrick Senécal réussit une fois de plus à nous livrer un thriller qui mêle dénonciation et addiction. Si Le Vide était déjà un page-turner épatant, Hell.com nous confirme que l'auteur a un sacré problème à régler avec les dictats de l'argent et la mauvaise utilisation des nouvelles technologies.
Bien plus sombre que son précédent livre, celui-ci nous plonge dans les profondeurs du Darknet à travers un seul et même site destinés aux riches : Hell.com.
Alors attention, ce livre comporte quand même pas mal de scènes violentes et malsaines, mais elles sont indispensables à l'intrigue et c'est aussi ce qui fait la force de ce livre car l'auteur a le don d'écrire des horreurs sans être trop redondant et en appuyant sur les petits détails qui font grincer les dents.
Encore une fois, on ressent à travers l'histoire que l'auteur a une vision très sombre du monde, mais c'est très plaisant car il y a un parti pris. 
Ce n'est pas un simple thriller, c'est une réflexion sur le monde que l'auteur nous offre, une réflexion dont on a pas l'habitude de se confronter. Car oui, ce qui est écrit dans ce livre est horrible. Mais oui, ça peut arriver, et c'est sûrement déjà arrivé. Car l'auteur a bien compris ce qu'est l'horreur : celle de notre monde.

C'est le genre de livres dont on ne sait pas quoi dire à part qu'il faut le lire.

dimanche 5 juin 2016

TAG

Je ne suis pas une grande fan des TAG mais il s'avère que c'est Alys qui m'a tagguée et que je ne pouvais pas ne pas le faire rien que pour cette raison. Alors voilà, je m'en vais répondre à toutes ces questions !
 
Que penses-tu des adaptations cinéma ?
En fait, je pense que ça dépend de quel livre et de quel film. Il faudrait faire du cas par cas. Quand ça reste une adaptation (cf : Blade Runner), je suis complètement pour. Mais quand il s'agit de copier/coller le livre, je ne vois pas vraiment l'utilité. 90% des personnes qui lisent me contrediront sûrement, mais moi j'aime quand le réalisateur s'approprie le livre pour en faire quelque chose qui a la même essence mais sans utiliser toutes les données du livre. (Je me comprends).
 
Quel marque-page utilises-tu ?
Je fais la collection des marque-pages (notamment des pays où je voyage), mais étonnement je finis toujours par utiliser des tickets de caisse ou des tickets de bus.
 
Quel est ton coup de cœur 2015 ?
Incontestablement : Philippe K. Dick - Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Critique ici)
Mais si je devais aussi citer un polar, ça serait Le Vide de Patrick Senécal (Critique ici)

Comment classes-tu tes livres ?
Par format puis par auteurs. Et aussi quelques PAL éparpillées un peu partout dans ma chambre.

Quels sont tes blogs de lecture préférés ?
Regarde à ta gauche et tu sauras.

Des petites habitudes inavouables quand tu lis ?
Heu, non, rien d'inavouable.

Un auteur contemporain que tu aimerais rencontrer et pourquoi ?
Joe Hill. Pour l'épouser, et avoir Stephen King comme beau-père. T'imagines le truc ??

Où achètes-tu tes livres (neufs et occasion) ?
L'avantage d'être libraire, c'est que je peux avoir des prix sur les livres neufs que j'achète. Donc je les prends à mon travail.
Pour les livres d'occasion, je les trouve à Bazar Sans Frontières. 

En ce moment, quel genre de littérature lis-tu le plus ?
Je suis retombée dans l'efficacité du thriller et des romans noirs. J'ai pas mal d'envie de SF aussi. Mais c'est aussi parce que je vais bientôt devoir lire pas mal de littérature française pour la rentrée littéraire donc j'en profite maintenant.

Un livre à la fois ou plusieurs ?
Plusieurs. Mais une seule fiction à la fois. Par contre je lis souvent des livres "documentaires" en parallèle. Donc des livres qu'on peut reposer sans problème.

Quelle est ta lecture en cours ?
Bon, je vais faire comme si elle n'était pas affichée sur le côté droit du blog. Je lis Money Shot de Christa Faust.
Sur quel site communautaire en rapport avec la lecture aimes-tu aller ?
Babelio et Livraddict. Je n'en vois pas d'autres là tout de suite.

Livre papier ou numérique ?
Les deux. Quand tu voyages t'es bien content d'avoir une liseuse. Je pense vraiment que les deux se complètent.

Quel est ton endroit préféré pour lire ?
Un peu partout. Dans mon lit. Dans le canapé. Dans les transports en commun. Dans la salle de pause le midi... Tout ça quoi !
 
 
5 personnes à tagguer ? J'en n'aurai pas 5 : Xenaddict, Le Petit Monde des Mots & Caro VerdeLivre !