samedi 2 septembre 2017

Triple Minis Chroniques (3)

Pascal Garnier - Les Hauts du Bas ≈ 14/20

Un ton cynique et des personnages atypiques... Ce livre mêle à la fois les émotions et l'humour noir, les personnages sont touchants malgré leurs défauts évidents, et Edouard Lavenant (ndlr : le protagoniste) porte le roman à lui tout seul. L'écriture est à la fois fluide et pleine de style, une très bonne lecture.


Marcella Iacub - M le Mari ≈ 05/20

Une franche déception pour ce roman dont la quatrième de couverture était prometteuse. L'écriture est sans style, l'histoire sans goût et les personnages très fades... Je n'y ai pas vu un grand intérêt à la lecture, et je ne sais pas trop quoi ajouter tant la lecture de ce livre ne m'a pas marqué. Dommage.



Bob Shacochis - La femme qui avait perdu son âme ≈ 17/20
- COUP DE COEUR -

Après près d'un an réfléchir à ce livre, je me sens toujours aussi incapable d'en donner un avis un minimum argumenté, et encore moins une critique constructive. Ce roman est long à démarrer (ce qu'on pardonne facilement pour le pavé que c'est), mais une fois que l'on est dedans, il est prenant. Il nous rend dingue. Et comme dirait ma collègue préférée, l'intrigue n'est qu'une toile incompréhensible qui se tisse autour de nous jusqu'au dénouement qui nous laisse bouche bée. Ce livre déroute, donne deux trois claques au passage, et nous laisse complètement perdu. A aimer, à détester, mais à lire absolument.



mercredi 30 août 2017

J.K Rowling - Une Place à Prendre (Lu par Philippe Résimont)

Quatrième de couverture :
Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.
Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Mon avis : 7/20
Avant même de commencer ce billet, je tiens à dire que je n'exprimerai jamais aussi bien mon avis que Xenaddict sur ce même livre. Elle a TOUT DIT.
Et c'est très dur d'exprimer un avis sur ce livre quand on ne sait pas soi-même ce que l'on en pense vraiment. En parlant de J.K. Rowling, on est obligé de citer ne serait-ce qu'une fois, la saga Harry Potter. Voilà qui est fait. Et ce n'est pas pour faire de comparaison entre les différentes oeuvres, car la comparaison est tout bonnement impossible. Un choix volontaire ? Sûrement. Un bon choix ? Hum... loin de là.
Car Une Place à Prendre est un livre déprimant. Attention, l'auteure a toujours cette écriture qui nous fait aller plus loin dans la lecture, mais c'est bel et bien le seul point positif que l'on peut en retirer. Car l'intrigue, ses personnages et tout ce qui constitue le roman se réunissent sous la même aura de noirceur : ce roman est glauque. Mais pas "glauque" comme un policier ou un roman noir peuvent l'être. Cette caractéristique ici s'apparente plutôt à quelque chose de malsain. Tous ces personnages sont vils et prêts à tout pour une simple élection municipale. La série Gossip Girls est dix fois moins manichéennes que ce livre. Il faut savoir que le seul personnage un tant soit peu positif de ce roman est mort et il se marcher dessus par tous ceux qui restent. Voilà qui donne une bonne idée de ce qu'est ce livre.

Niveau audio, on ne peut que constater les talents d'interprétation du doubleur Philippe Résimont, il donne véritablement vie aux mots. C'est le gros point positif de cette lecture audio (alternée ace la lecture papier).

 Autre avis :
 Xenaddict 

vendredi 18 août 2017

Tim Lebbon & Dirk Marks - Alien : La Sortie Des Profondeurs [Livre Audio]

Quatrième de couverture :
Enfant, Chris Hooper rêvait souvent de monstres. Mais dans le fin fond de l'espace, il n'a trouvé que la solitude et l'isolement. Une fois arrivés sur la planète LV178, Hooper et ses compagnons de bord ont découvert une terrible tempête de sable, un véritable enfer... et de la trimonite, la matière la plus dure connue de l'homme.

Quand une navette s'écrase dans le vaisseau spatial le Marion, les mineurs installés sur la planète apprennent qu'il y avait bien plus que de la trimonite au fond des cavernes. Il y avait le mal, qui lui, hibernait et attendait une proie convenable. Hoop et ses acolytes découvrent un nid de Xénomorphes, et l'enfer prend alors une autre dimension. Ils vont rapidement se rendre compte que leur seul espoir viendra du plus improbable des sauveurs... Ellen Ripley, la dernière survivante humaine du navire de sauvetage Nostromo.

Tania Torrens, la voix française de Sigourney Weaver, incarne le rôle d'Ellen Ripley. A ses côtés, vous entendrez les magnifiques voix de Patrick Béthune (Hooper), Frantz Confiac (Lachance), Sophie Riffont (Kasyanov), Jérôme Pauwels (Baxter), Hélène Bizot (Sneddon), Paul Borne (Ash), Cédric Dumond (Welford), Eric Peter (Powell), Marie Chevalot (Jordan), Odile Schmitt (Garcia), François Hatt (Vic), Fily Keita (Keech) et Max Jacobs (ordinateurs). 

Mon avis : 17/20 - COUP DE COEUR -
Il faut avant tout savoir que ce livre audio n'existe pas en format papier (c'est une sortie d'adaptation de la version papier de Tim Lebbon). C'est-à-dire qu'il a été écrit POUR être écouté et non lu. C'est important de le préciser puisque l'intégralité de ce livre audio est en dialogue. Ce qui donne un rendu bien différent des autres livres audio, avec un côté "film sans image" très plaisant, notamment grâce aux musiques et effets sonores qui nous immergent totalement.
Fan de la saga Alien, lisez-moi ! Ce livre se déroule chronologiquement entre Alien et Aliens, ce qui, de base, est un point positif comme un point négatif. Les plus malins verront très vite la fin arriver puisqu'il faut être cohérent avec la série, mais ce n'est pas quelque chose que l'on peut reprocher, car si cette fin n'existait pas, ce livre audio ne pourrait absolument pas s'inscrire dans cette saga. C'est important de le signifier, car si le dénouement est un peu facile, la cohérence de la saga est primordiale. Et là où ils ont réussi comme jamais, c'est au niveau de l'ambiance. Le livre audio est parfaitement rythmé. Une ambiance lourde, un tempo lent afin de faire monter la pression, et un tempo bien plus rapide pour les moments d'actions. Là-dessus aussi, on est à mi-chemin entre les deux opus de la saga.
Et que serait un Alien sans Ellen Ripley ? Pas grand chose, on est d'accord. C'est donc avec plaisir que l'on retrouve Tania Torrens (la voix française de Sigourney Weaver, et ce n'est pas rien madame !). D'autant plus que la psychologie de Ripley se retrouve parfaitement dans l'entre-deux des films : entre le traumatisme et la warrior.

Ce livre audio est particulièrement bon, il serait vraiment dommage de passer à côté, surtout si l'on est un fan de la saga. On peut y trouver quelques incohérences, mais de manière générale, il s'encre plutôt bien dans la saga. Et le petit plus qui fera plaisir aux plus grands fans... le livre prend aussi en compte le jeu vidéo Alien Isolation. Ce n'est que 3 phrases dans le livre audio, mais ça fait vraiment plaisir parce qu'on voit que le livre n'a pas été écrit à la va-vite, dans un but purement commercial, mais qu'il a été fait par des personnes qui s'y connaissent un minimum. Un plaisir !

mardi 15 août 2017

Ma Sélection Pour la Rentrée Littéraire #RLN2017 - Partie 2/2

Après vous avoir fait part de la première partie de ma sélection de la Rentrée Littéraire, voilà que l'on arrive à celle que j'attends presque plus que tout le reste.
Ne perdons pas de temps avec des mots inutiles, voilà la suite !

Les Dead Hunters ont une morale très personnelle. C'est la moindre des choses pour une confrérie de tueurs sanguinaires. Ils ont aussi quelques menus défauts, se croire invincibles, par exemple. Un démon va néanmoins vite les détromper. Malin, fort et intelligent comme seuls les démons savent parfois l'être, il va tranquillement les décimer les uns après les autres. À une exception près. Un des membres des Hunters reste en effet introuvable, et non des moindres : le Bourbon Kid.
Notre démon va alors jeter toutes ses forces dans la bataille, depuis les quatre cavaliers de l'Apocalypse jusqu'à une armée de morts vivants, pour retrouver et anéantir définitivement notre tueur bien-aimé.
Comment pouvais-je passer à côté du nouveau livre de l'auteur Anonyme. C'est un de mes auteurs favoris, chacun de ses livres peut me faire sortir d'une panne de lecture, je suis donc absolument ravie de savoir qu'un nouveau titre va paraître ! 

2312. Le système solaire a été colonisé après que la Terre a été ravagée par les effets de la pollution. Swan, conceptrice de terrariums et artiste de l’extrême, vit sur Mercure, dans la cité mobile Terminateur. Accablée par la mort suspecte de sa grande-belle-mère, elle part sur Io pour enquêter, aux côtés d’une inspectrice de la Police interplanétaire. Lorsque Terminateur est l’objet d’un attentat, l’enquête prend une autre tournure : qui, de la Ligue saturnienne, de Mars, des diverses factions terriennes ou d’autres colonies, aurait intérêt a semer ainsi la désolation au sein des implantations humaines?
 Ce livre a eu le prix Nebula, et il faut dire que chez Actes Sud, pour la rentrée littéraire, ils ont tendance à envoyer du lourd niveau SF. Alors je fonce les yeux fermés.

Un immense château? On n'y entre pas plus qu'on n'en sort. On y naît, on y vit, puis on y meurt. Un monde clos de murailles infranchissables, chapeauté d'un éteignoir de grisaille. Certains ont l'illusion d'un nid somme toute douillet, d'autres ragent d'habiter une prison. Dulvan et son ami Garicorne appartiennent à ces derniers. Sans savoir ce qu'est vraiment le Grand Dehors, ils aspirent à en percer les mystères et rêvent d'une existence tout autre. Mais, pour ce faire, il convient de faire tomber l'enceinte géante, c'est-à-dire se rendre dans la salle-territoire de l'éternel hiver afin d'arracher la Sommeilleuse à ses songes. Comme le racontent les vieux récits, l'énigmatique endormie est-elle cependant bien une déesse dont les errances oniriques ont fait que le château et tout son contenu soient devenus réalité ? Parce qu'elle ne peut supporter l'idée de perdre son frère, Aurjance quittera son cher royaume du printemps pour se lancer à la poursuite du jeune homme. Quant à Murgoche, la peu recommandable sorcière, elle n'entendra pas se laisser flouer par deux foutriquets.
 Niveau Fantasy, la rentrée littéraire est toujours bien gâtée par deux-trois maisons d'éditions qui décident de mettre en avant les auteurs de Fantasy français. Et ce petit huis-clos me semble prometteur, et j'ai hâte de pouvoir mettre la main dessus.

Son époux est mort. Ou disons qu’en tout cas, il n’est plus en vie… Pour Mari, le temps du deuil est venu. Un double deuil… Armée d’un livre, Les Vues du mont Fuji, par Hokusai, elle se met dans les traces du célèbre peintre japonais afin de retrouver vingt-quatre des emplacements depuis lesquels l’artiste a représenté le volcan emblématique — autant de tableaux reproduits dans l’ouvrage. Un pèlerinage immersif, contemplatif, au cœur des ressorts symboliques de cette culture si particulière, un retour sur soi et son passé. Car il lui faut comprendre… et se préparer. Comprendre comment tout cela est arrivé. Se préparer à l’ultime confrontation. Car si son époux n’est plus en vie, il n’en est pourtant pas moins présent… Là. Quelque part. Dans un ailleurs digital. Omnipotent. Infrangible. Divin, pour ainsi dire…

Et bien sûr, mes bien aimées Heures Lumières de chez Bélial. Pas besoin de lire la quatrième de couverture pour attendre avec impatience la sortie de ces deux livres, dans cette collection, on ne se trompe absolument jamais.
Impossible pour moi de passer à côté de ces deux pépites (car je ne doute pas qu'elles en soient). 

L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises. Pour David Tinkerman et le Dr Léa Hamakawa, scientifiques récemment arrivés de Mars en vue d’une expertise, les forces souterraines à l’œuvre autour du jeune satrape vont vite s’avérer plus mortelles que Vénus elle-même…