dimanche 5 juin 2016

TAG

Je ne suis pas une grande fan des TAG mais il s'avère que c'est Alys qui m'a tagguée et que je ne pouvais pas ne pas le faire rien que pour cette raison. Alors voilà, je m'en vais répondre à toutes ces questions !
 
Que penses-tu des adaptations cinéma ?
En fait, je pense que ça dépend de quel livre et de quel film. Il faudrait faire du cas par cas. Quand ça reste une adaptation (cf : Blade Runner), je suis complètement pour. Mais quand il s'agit de copier/coller le livre, je ne vois pas vraiment l'utilité. 90% des personnes qui lisent me contrediront sûrement, mais moi j'aime quand le réalisateur s'approprie le livre pour en faire quelque chose qui a la même essence mais sans utiliser toutes les données du livre. (Je me comprends).
 
Quel marque-page utilises-tu ?
Je fais la collection des marque-pages (notamment des pays où je voyage), mais étonnement je finis toujours par utiliser des tickets de caisse ou des tickets de bus.
 
Quel est ton coup de cœur 2015 ?
Incontestablement : Philippe K. Dick - Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Critique ici)
Mais si je devais aussi citer un polar, ça serait Le Vide de Patrick Senécal (Critique ici)

Comment classes-tu tes livres ?
Par format puis par auteurs. Et aussi quelques PAL éparpillées un peu partout dans ma chambre.

Quels sont tes blogs de lecture préférés ?
Regarde à ta gauche et tu sauras.

Des petites habitudes inavouables quand tu lis ?
Heu, non, rien d'inavouable.

Un auteur contemporain que tu aimerais rencontrer et pourquoi ?
Joe Hill. Pour l'épouser, et avoir Stephen King comme beau-père. T'imagines le truc ??

Où achètes-tu tes livres (neufs et occasion) ?
L'avantage d'être libraire, c'est que je peux avoir des prix sur les livres neufs que j'achète. Donc je les prends à mon travail.
Pour les livres d'occasion, je les trouve à Bazar Sans Frontières. 

En ce moment, quel genre de littérature lis-tu le plus ?
Je suis retombée dans l'efficacité du thriller et des romans noirs. J'ai pas mal d'envie de SF aussi. Mais c'est aussi parce que je vais bientôt devoir lire pas mal de littérature française pour la rentrée littéraire donc j'en profite maintenant.

Un livre à la fois ou plusieurs ?
Plusieurs. Mais une seule fiction à la fois. Par contre je lis souvent des livres "documentaires" en parallèle. Donc des livres qu'on peut reposer sans problème.

Quelle est ta lecture en cours ?
Bon, je vais faire comme si elle n'était pas affichée sur le côté droit du blog. Je lis Money Shot de Christa Faust.
Sur quel site communautaire en rapport avec la lecture aimes-tu aller ?
Babelio et Livraddict. Je n'en vois pas d'autres là tout de suite.

Livre papier ou numérique ?
Les deux. Quand tu voyages t'es bien content d'avoir une liseuse. Je pense vraiment que les deux se complètent.

Quel est ton endroit préféré pour lire ?
Un peu partout. Dans mon lit. Dans le canapé. Dans les transports en commun. Dans la salle de pause le midi... Tout ça quoi !
 
 
5 personnes à tagguer ? J'en n'aurai pas 5 : Xenaddict, Le Petit Monde des Mots & Caro VerdeLivre ! 

Franck Thilliez - Rever

Quatrième de couverture :
Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres.
Si ce n'étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai.
Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

Mon avis : 17/20 - COUP DE COEUR -
Est-ce que Franck Thilliez a encore quelque chose à nous prouver en matière de thriller ? Je ne crois pas. Son seul défi est de rester à la hauteur de nos espérances. Pari gagné pour ce nouveau one-shot.
Abigaël est psychologue dans les affaires criminelles, mais elle est aussi narcoleptique. Cette maladie l'emmène, plusieurs fois par jour, dans un sommeil paradoxal qui lui transforme totalement sa perception des choses : elle ne sait plus distinguer ses rêves de la réalité.
L'auteur réussit à nous mettre au même niveau que son personnage principal, on se met à douter autant qu'Abigaël et on en redemande. Impossible de savoir si l'on est en plein délire où si elle va se réveiller dans les pages qui suivent. 
La grande réussite de l'oeuvre résulte aussi dans les nombreuses questions que l'on se pose sans réellement pouvoir y répondre. Et dès qu'une réponse est donnée, elle n'est pas satisfaisante et frustre le lecteur. On veut en savoir plus, et plus vite.
Autant vous dire que ce livre est un véritable page-turner bien écrit mais surtout très bien documenté (mais on en attendait pas moins de Monsieur Thilliez hein). Les personnages ont une véritable identité propre et Abigaël est une héroïne comme je les aime : imparfaite mais butée (dans le bon sens du terme, évidemment).
Encore une fois Thilliez envoie le pâté, il fait bel et bien parti de ces auteurs qui méritent le succès qu'ils ont.

mardi 24 mai 2016

Antoine Piwnik - Martin, Sexe Faible

Quatrième de couverture :
Et si les hommes étaient le sexe faible ?
Martin, 30 ans, a bien du mal avec ce monde où les femmes ont le pouvoir : harcèlement sexuel, misandrie au travail, pression familiale.
D’autant qu’il ne vit pas très bien son célibat prolongé, et qu’une impitoyable andrologue a affolé son horloge biologique.
Pour trouver sa princesse charmante et crever le plafond de verre de Direct Info, où il se trouve cantonné à la rubrique people, Martin va devoir se battre.
Quitte à prendre quelques coups, au sens propre comme au figuré.
Comédie romantique à l’envers, le journal de Martin, dénonce le sexisme ordinaire.

Mon avis : 16/20
Peut-être connaissez-vous déjà la Websérie éponyme ? Ce n'était pas mon cas, mais voilà que chose faite.

Pour tout dire, lorsque j'ai vu la quatrième de couverture, j'ai eu très envie de lire mais j'avais aussi très peur. Le sujet va-t-il être traité de façon superficielle ? Le livre va-t-il donner une image ridicule du féminisme ? Verdict : je dois l'avouer, il est plutôt cool.
Sous forme de journal intime, Martin nous raconte jour après jour sa quête de l'amour et du bonheur. Sauf que dans une société matriarche... c'est pas facile facile d'être un homme. Il faut prouver en permanence qu'on peut aussi peser dans le game. Très honnêtement, l'intrigue n'est pas fofolle, mais le côté "société inversée" est vraiment crédible et montre toute l'absurdité du problème patriarcal, et c'est la force de cette oeuvre : l'humour.
L'humour est omniprésent, mais c'est l'absurdité du sexisme qui le veut : en mettant les hommes en tant que sexe faible, on se rend mieux compte que l'égalité homme-femme est loin d'être parfaite à l'heure actuelle.

Ce livre se lit tellement vite que tout le monde devrait le lire (ça pourrait faire pousser de miraculeuses graines dans le cerveau des gens !)
Alors certes, ce livre n'est pas écrit de façon mirifique, mais la légèreté de la forme renforce encore plus le fond.

samedi 21 mai 2016

Hugh Howey - Silo, Tome 1

Quatrième de couverture :
Dans un futur postapocalyptique indéterminé, quelques milliers de survivants ont établi une société dans un silo souterrain de 144 étages. Les règles de vie sont strictes. Pour avoir le droit de faire un enfant, les couples doivent s’inscrire à une loterie. Mais les tickets de naissance des uns ne sont redistribués qu’en fonction de la mort des autres.
Les citoyens qui enfreignent la loi sont envoyés en dehors du silo pour y trouver la mort au contact d’un air toxique. Ces condamnés doivent, avant de mourir, nettoyer à l’aide d’un chiffon de laine les capteurs qui retransmettent des images de mauvaise qualité du monde extérieur sur un grand écran, à l’intérieur du silo.
Ces images rappellent aux survivants que ce monde est assassin.
Mais certains commencent à penser que les dirigeants de cette société enfouie mentent sur ce qui se passe réellement dehors et doutent des raisons qui ont conduit ce monde à la ruine.

Mon avis : 18/20 - COUP DE COEUR -
A la fois thriller et roman post-apocalyptique, ce livre regroupe à lui tout seul tous les éléments d'un bon page-turner.
Composé de différentes parties bien distinctes, ce livre vous fait voyager dans un futur dystopique où l'Humanité s'est réfugiée dans un énorme silo bien organisé et vivant en parfaite autonomie. Bien évidemment, tout n'est pas rose (on a bien dit que c'était une dystopie non mais !) : il est absolument interdit de parler de l'extérieur du silo sous peine de s'y faire envoyer (et de mourir, car l'air y est toxique, sinon ce n'est pas drôle).
On peut ressentir quelques longueurs au début du livre qui se font très vite oublier, d'autant plus que l'auteur dissimule pas mal d'informations sous forme de description banale mais qui vont rendre l'intrigue encore plus puissante dans la troisième partie.
Pas mal de thématique sociétales (censure, héritage, manipulation du peuple...) sont présentes dans l'oeuvre mais pas suffisamment exploitées pour qu'on puisse parler d'un chef d'oeuvre de science-fiction (ce qui est dommage).
Mais ça reste un livre qui se lit très facilement si l'on sait à quoi s'attendre : un page-turner qui nous en dit suffisamment, tout en laissant une bonne dose de mystère afin de mieux hanter le lecteur.

A recommander particulièrement aux lecteurs qui aimeraient commencer à lire de la dystopie.

Un autre avis ?