dimanche 24 juin 2012

Louise de Vilmorin - Sainte-Unefois

Quatrième de couverture :
Milrid, en cet instant, la comprit mieux qu'elle-même : il faillit la prendre dans ses bras. Il l'aurait embrassée s'il avait pu croire qu'ils en mourraient tous les deux. Seule la certitude qu'ils continueraient à vivre l'empêcha de le faire ; il était déjà résolu à ne pas la perdre.

Mon avis : 3/20
A vrai dire, le seul passage que j'ai aimé, c'est celui que l'on trouve en quatrième de couverture. Il y a, à peu près, un paragraphe sur tout le livre qui ne m'a pas déplu. J'ai vraiment détesté. Je suis peut-être bête (sûrement même), mais je n'ai rien compris à l'histoire, et à vrai dire, si on me demandait de raconter le livre, je serais incapable d'en dire quoique ce soit mis à part que j'ai l'impression d'avoir lu du vide. Oui, en fait c'est ça, après avoir lu ce livre, c'est comme si on n'avait rien lu. Un peu comme lorsqu'on lit Beckett la première fois.
Du coup, c'est sûr que pour donner un avis un peu plus objectif ça risque d'être plus complexe (enfin bon, si je donne mon avis, c'est bien pour être subjective après tout !)
Je n'ai donc pas grand chose à dire puisque j'ai détesté et que mon impression est quasi inexistante. J'aime ressentir des choses quand je lis, et là... C'était tout l'inverse.

2 commentaires:

  1. C'est dommage ! le quatrième de couverture m'attirait !
    Au début j'ai même cru que ce serait un bon avis de ta part ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais il est juste affreux. Y'a vraiment que la 4e de couverture qui est bien ! Je déconseille direct !

      Supprimer