mardi 3 juillet 2012

Voltaire - Zadig

Quatrième de couverture :
Jeune et riche, beau et intelligent, courtisé et considéré, Zadig incarnait à Babylone la plénitude du bonheur humain lorsque les caprices de la fortune mirent à l'épreuve la fermeté de son caractère et les ressources de son esprit. Trahi par la belle Sémire, en butte à la jalousie du roi Moabdar, le voici réduit à l'état de vagabond. Mais le malheur est-il vraiment sans remède pour qui possède « le talent de démêler la vérité que tous les hommes cherchent à obscurcir » ?

Mon avis : 14/20
Oui je sais, vous trouvez que je me la pète un peu avec mon livre de grande marque, d'un autre côté, ce n'est pas donné à tout le monde de lire Zadig de Voltaire... 
Bon, trêve de galéjade, j'ai relu ce livre parce qu'il m'était conseillé pour les cours, et que j'avais envie de le relire depuis pas mal de temps, puisque ça fait assez longtemps que je l'avais lu. J'en avais gardé un assez mauvais souvenir pour ne pas vous mentir. Mais en le relisant cette fois-ci, sans la contrainte du professeur qui vous donne 2 jours pour le faire, j'ai plutôt bien apprécié cette lecture. Je me suis mise dedans, et en une journée le livre était fini (bon, il faut dire qu'il n'est pas très épais non plus). Je dois avouer que j'ai particulièrement aimé cette lecture grâce aux explications "en vue du BAC" (vous savez, celles qu'on ne lit pas quand on doit, justement, passer le BAC). En effet les explications aidaient à mieux décrypter les visées dénonciatrices de Voltaire, et de ce fait, tout au long de ma lecture, la critique me paraissait assez évidente. Bon, pour ce qui est de l'histoire, rien n'est exceptionnel selon moi. En vérité, la véritable réussite de cette oeuvre c'est toute cette critique détournée, cachée.
Quand je pense qu'il m'a fallut trois mois pour le lire en seconde dans le cadre des cours, et là, je l'ai lu en une journée alors que mes cours me l'avaient simplement conseillé pour l'été. Comme quoi, le contexte de lecture peut tout changer.

Citations :
"Nous nous adorons, et nous craignons tous deux de nous aimer ; nous brûlons tous deux d'un feu que nous condamnons." 


2 commentaires:

  1. Je l'ai lu dans le cadre de mes études, et j'ai vraiment apprécié, c'est mon livre préféré de Voltaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce moment j'étudie l'Ingénu de Voltaire et je dois avouer que je préfère (de loin) Zadig !

      Supprimer