mardi 20 novembre 2012

Nicolas Gogol - Nouvelles De Pétersbourg

Quatrième de couverture :
Gogol n'a jamais conçu les "nouvelles de Pétersbourg" comme un projet global qu'il aurait réalisé chapitre après chapitre. Le titre, d'ailleurs, n'a été inventé qu'après sa mort, par des éditeurs. Saint-Pétersbourg n'est pas pour lui l'objet d'une étude systématique, mais l'occasion de voyages fantastiques, au sens le plus large du terme. C'est la ville des rencontres inopinées. Chacun peut y tomber sur des voleurs ("Le manteau"), sur un tableau énigmatique ("Le portrait"), sur deux chiens qui parlent ("Journal d'un fou") ou encore... sur son propre nez, déguisé en conseiller d'Etat ("Le nez"). De même que les héros de "La perspective Nevski" suivent chacun une inconnue qui passe, de même Gogol s'empare d'une idée et se laisse mener par elle, dans le labyrinthe des surprises cocasses, des déceptions, des épouvantes, de la folie, de la damnation. 
On l'a dit "réaliste". Mais le réalisme n'est qu'un aspect de cette oeuvre hyperbolique, traversée de nostalgies et de terreurs inexplicables, empreinte d'une bouleversante bouffonnerie. 


Mon avis : 14/20
J'ai été plutôt agréablement surprise par ce livre que l'on m'a imposé à lire pour les cours. Mais vu que c'est un recueil de nouvelles, je vais vous parler de chaque nouvelles indépendamment.
- La Perspective Nevski : c'est la nouvelle qui ouvre le recueil, et c'est celle que j'ai le moins aimé. Pourtant je trouve qu'il faut avoir lu cette nouvelle pour comprendre les autres. Je veux dire par là que Gogol nous décrit très précisément la Perspective Nevski, avec au sein de cette description, deux personnages qui n'ont rien à voir. On suit leur histoire, et on s'attend à ce qu'il y ait un lien entre les deux histoires, mais en fait... Absolument pas. Ce qui est assez déroutant à vrai dire.
- Le Nez : cette histoire est assez marrante, car totalement absurde. C'est l'histoire d'un homme qui se réveille sans nez. Il retrouve son nez, déguisé en conseille d'Etat. Alors oui, c'est improbable, et tout au long de l'histoire on se demande ce que va être la chute. Et il s'avère que... et bien... il retrouve son nez. Déroutant aussi n'est-ce pas ? Mais moi j'ai adoré.
- Le Portrait : cette nouvelle est une de mes préférées. Je ne peux pas réellement faire un résumé de l'histoire, car il y en a plusieurs dedans, mais je dois avouer que dans la première partie du texte, j'étais captivée et je me retenais de sauter les lignes pour aller plus vite et savoir la vérité. Et je dois dire que ce texte m'a marquée justement parce qu'il accroche le lecteur, et jusqu'au bout on veut savoir pourquoi, comment, qui ?? Cette nouvelle est vraiment captivante.
- Le Manteau : j'ai beaucoup aimé cette nouvelle aussi, et je suis contente de l'avoir lue avant "Le Portrait" car je pense que je l'aurais sûrement moins aimée, et je l'aurais surtout lu beaucoup moins vite. Mais il faut dire que dans cette nouvelles l'histoire se déroule assez rapidement et s'enchaîne plutôt bien, et l'histoire passe du pathétique au burlesque, et tout cela me plait fort bien !
- Journal d'un Fou : je ne saurais pas quoi dire sur cette nouvelle, elle m'a plu, mais elle ne m'a pas marquée plus que ça. J'aime pas trop fous en général (allez, dîtes-le que je fais de la discrimination), en fait je suis plutôt effrayée par les fous qu'autre chose... Et ce fou-là, et bien... il m'a fait plutôt de la peine. On a pitié de lui. Peut-être que de se retrouver dans son univers n'aide pas, mais en tout cas je trouve qu'on a de la peine pour lui plus qu'autre chose. Voilà.

En conclusion, je dirais que j'ai vraiment aimé l'écriture de Gogol, mais j'admire surtout l'imagination qu'il a eut pour "pondre" des histoires aussi farfelues. Une très bonne découverte. On dit merci qui ?? Merci Madame la professeure !!!

5 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout. Cela semble assez déroutant, encore une autre facette du plaisir de lire!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis vraiment contente que l'on me l'ai imposé en cours, sinon je n'aurais pas sauté dessus à vrai dire :)

      Supprimer
  2. Ce que j'ai adoré dans la nouvelle du "Journal d'un Fou" c'est la première personne : le "je" dédoublé. Le narrateur est complètement crédible d'habitude, et, là, Gogol pose la question de la fiabilité de celui-là !!
    C'est pour cela que, pour ma part, j'ai totalement plongé dans ce récit qui m'a autant captivée, même fascinée, au point de le relire pour apprécier le "jeu" de folie ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah moi j'ai carrément préféré les autres nouvelles. Surtout "Le Portrait" qui est vraiment trop bien !!

      Supprimer