mercredi 30 octobre 2013

Arturo Pérez-Reverte - Club Dumas

Quatrième de couverture :
Lucas Corso est un détective d'un genre particulier, il est chasseur de livre. Il se voit confier deux missions : d'une part authentifier un manuscrit des 'Trois mousquetaires', comme étant de la main même de Dumas, de l'autre, enquêter sur un mystérieux livre de sorcellerie italien du XVe siècle. Sur son chemin, les cadavres s'amoncellent, une mystérieuse jeune femme le protège, des personnages échappés des romans de Dumas l'espionnent. Entre Tolède et Paris, le diable semble mener la danse...

Mon avis : 17/20 - COUP DE COEUR -
Ça faisait longtemps que j'avais envie de lire ce livre grâce à son adaptation cinématographique que j'avais adorée. Je me suis donc lancée dans Club Dumas en pensant savoir à quoi m'attendre. C'était une bien belle erreur, le film n'utilise qu'une partie du roman, mais j'en parlerai à la fin de cette chronique. 
J'ai été totalement emportée par cette lecture. Certes, le début du roman est assez complexe, car le narrateur nous donne beaucoup d'informations, beaucoup de références littéraires d'un coup. Il faut quand même s'accrocher au début pour être ensuite emporté par l'histoire, et je dois avouer que si je n'avais pas vu le film, je n'aurais peut-être pas eu le même enjouement pour cette lecture. Mais une fois que l'intrigue est posée, on peut difficilement relâcher le livre. Il est assez difficile de parler de l'histoire de ce livre sans spoiler, alors je préfère ne pas en dire plus en ce qui concerne l'intrigue, mais je tiens à dire que l'écriture de ce livre est très intelligente à tel point que j'ai commencé mes petites recherches post-lectures sur le Delomelanicon pour en fait me rendre compte que ce livre n'existait absolument pas. L'auteur a donc réussi à me berner en beauté en mélangeant la fiction à la réalité. Finalement, le lecteur se retrouve à la même place que Lucas Corso, et dans la même position d'incompréhension.
Pour les personnages, Lucas Corso est une sorte de anti-héros totalement arrogant et cynique, et évidemment je l'adore. Je le trouve très humain, dans le sens où j'ai l'impression de le connaître, et c'est pour cela que je me suis beaucoup attachée à ce personnage. Les autres personnages sont beaucoup plus secondaires, et même Irène -qui est pourtant très présente- est très mystérieuse et on ne la connait que superficiellement, mais cela ne m'a pas gênée du tout car c'est vraiment Lucas Corso que l'on suit. 

Adaptation cinématographique :
- La Neuvième Porte de Roman Polanski est un film que j'ai vu avant de lire le livre. J'ai adoré cette adaptation, notamment parce qu'elle ne reprend la roman entièrement (et je pense qu'il vaut mieux être prévenu si on a lu le livre avant le film). L'intrigue du film se concentre sur le livre éponyme et non sur les romans de Dumas et il est vrai que c'est ce qui m'intéressait le plus dans le livre. Ce film est l'un de mes films préférés, et je dois avouer que je le préfère au livre (ah, qu'est-ce que c'est dur d'admettre cela), mais je pense que Johnny Depp y est pour beaucoup, mais c'est surtout la fin du film que j'ai adoré, et j'ai été déçue de voir qu'elle était différente dans le livre (ou alors je l'ai mal interprétée, ce qui est possible aussi.)

Citations :
- "(...) les films se regardent à deux, ils se commentent. Par contre, tes livres sont égoïstes. Solitaires. Quelques uns ne peuvent même pas se lire, ils se cassent dès qu'on les ouvre. Celui qui s'intéresse seulement aux livres n'a besoin de personne, et ça me fait peur (...). Parfois, tu me fais peur."

- "Tu es mort, comme tes livres. Tu n'as jamais aimé personne, Corso."

- "Le sacrilège se justifie seulement dans la foi... Seul un croyant est capable de le commettre et de le sentir, lorsqu'il s'y abandonne, la terrible dimension de son acte. Nous ne ressentirions jamais d'horreur en profanant une religion qui nous laisserait indifférents ; ce serait comme blasphémer sans un dieu pour se sentir visé. Absurde."


Musique :
Cette chanson me fait penser à ce livre :

2 commentaires:

  1. Haaaan tu me donnes trop envie. Je crois t'avoir déjà écrit quelque part que j'adore les romans de cape et d'épée de cet auteur. Mais comme le livre est gros et que je veux le lire en espagnol, je nne me suis pas encore lancée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bah je te le conseille fortement !!
      Il faut juste ne pas abandonner dès le début avec toutes les informations que donne le narrateur et après c'est que du bien :)

      Supprimer