dimanche 31 août 2014

TAG - Ma vie est gif !

Mes chers compatriotes, j'ai été tagguée par Cranberries pour mettre des gifs représentatifs de ma vie sur les mots qu'elle m'a donnée. (Un mot donné --> un gif qui te correspond. T'as compris ?)

Les mots que Cranberries (t'as toujours pas cliqué sur son nom ?) m'a donné sont : 

Cadeaux - Imagination - Série - Amour - Paresse


Voici donc mes réponses :

Cadeaux

Bon, on est tous à peu près d'accord pour dire que les livres sont les meilleurs cadeaux du monde : pas très chers pour celui qui offre, et génialissime pour celui qui reçoit ! La base des cadeaux quoi. (Dire qu'à 12 ans j'étais dégoutée quand je recevais des livres à mon anniversaire...)

Imagination

Au risque de passer pour une plus grande psychopathe que Les femmes qui lisent sont dangereuses, moi mon imagination se développe dans les meurtres. Oui, je m'imagine souvent tuer des gens, et je cherche souvent à créer (fictivement je vous rassure) le crime parfait. J'imagine aussi de grandes tortures psychologiques (entre nous, les tortures physiques, c'est du vu et revu). Je suis honnête, ne me jugez pas.

Série

Ok, le truc c'est que je suis complètement amoureuse de Dexter depuis que je suis tombée dans cette série (même si la fin était un peu... mouaaasie !), et donc Dexter, tu es la série de ma vie, car l'homme de ma vie est l'acteur principal. Ne l'oublie jamais, je veux tuer des gens en ta compagnie !

Amour

Bon d'accord, le fictif me rend infidèle Dextounet, ne m'en veux pas, mais Valmont est complètement l'homme de ma vie. D'ailleurs j'ai renoncé à l'idée d'amour à cause des Liaisons Dangereuses tout en tombant amoureuse du Vicomte (paradoxal hein ?). Valmont, si tu n'étais pas qu'un personnage de livre, tu serais au top de mon harem !

Paresse

Je crois que la chose qui me motive le moins, c'est me faire à manger. Pourtant une fois dedans, il n'y a pas de problème, mais j'ai de gros problème de motivation. J'ai la flemme quoi. Je sais que vous êtes super heureux de savoir ça, mais c'est le but de ce tag, alors il ne fallait pas le lire si ça ne te plait pas !


Pour ce magnifique tag tout en image, je décide donc de donner les mots suivants à Xenaddict, Little Things & Les lectures de Mélodie !! (Cela dit, je ne vous force à rien !)
Les mots sont les suivants :

Liberté - Egalité - Fraternité - Ambition - Perfection

mardi 26 août 2014

Joe Hill & Gabriel Rodriguez - Locke & Key

Je voulais pas parler de tous les Locke & Key un par un, car j'aurais vraiment été susceptible de vous spolier l'intégralité des oeuvres ! J'ai fait une chronique sur le premier tome : clique ici morray
Je vais donc vous étaler ma pensée sur l'intégralité de la saga, qui est un total coup de coeur, en ce qui me concerne.

Résumé de la saga Locke & Key : une moyenne de 18,8/20

L'univers qu'ont crée Joe Hill & Gabriel Rodriguez est complètement unique. La famille Locke est attachante comme jamais, on voudrait que rien ne leur arrive, mais c'est exactement tout le contraire qui se produit. On est emporté dans l'histoire tant on rêve que la happy-end arrive (et oui, alors que je suis une adepte des fins malheureuses !). Chaque personnage a une personnalité forte, avec ses faiblesses et ses grandes qualités. Ils sont tous très humains, mêmes les personnages qui ont un fond plutôt mauvais. On est en suspens jusqu'à la fin du dernier tome, car cette série est complètement addictive (même plus que ça ! mais je n'ai pas les bons mots !)
Si vous n'avez pas peur de la violence, foncez. Ces BD ont été mon obsession pendant deux semaines (ça aurait été plus court si je n'avais pas eu besoin de commander chaque tome et de les attendre). 


19/20
18/20

18/20
19/20

19/20
20/20



jeudi 21 août 2014

Week-end à 1000 - Suivi & Résultats (6)

Me revoilà partie pour cette nouvelle édition du week-end à 1000 ! Si vous ne connaissez toujours pas le principe (bande d'inculte !!), il faut cliquer --> genre ici.

Pour ce week-end de fin août, je vous avoue qu'encore une fois je travaillerai samedi & dimanche matin, ce qui me fait perdre 14H de lecture (en moyenne). J'ai donc décidé de "tricher" (comme dirait mon acolyte sauvage), et de privilégier les BD. Ca tombe bien, je viens de m'acheter les tomes 2-3-4-5 de Locke & Key (je pense que me prostituer dans le week-end pour acheter le tome final !) 
Voici donc ma liste prévue pour ce week-end (ne vous étonnez pas, j'ai déjà dévoré le tome 2) :

160/160
160/160
160/160

110 /320
0/250



----------------------------------------------------------------------------- Total : 590/1000 pages.

Si l'on considère que j'ai travaillé, je suis plutôt contente des résultats obtenus. Mais c'est seulement si l'on oublie que 3/4 livres étaient des BD !

Challenge Échoué.

samedi 16 août 2014

Sarah Pinborough - Les Contes des Royaumes, Tome 2 : Charme

Quatrième de couverture :
Rappelez-vous les horribles belles-soeurs, le carrosse magique, le bal enchanté, la pantoufle de verre et l’éternel amour né au premier regard… et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu’elle n’a jamais été révélée… Cendrillon, le conte de fées revisité : cruel, savoureux, et tout en séduction.

Mon avis : 16/20
Nous voici une nouvelle fois dans la réécriture d'un célèbre conte : Cendrillon. Ce second tome reste très fidèle au très célèbre conte, et l'auteure s'amuse à détruite toute la féérie que l'on pourrait attendre de celui-ci. L'intrigue est très bien menée et le lien avec le premier tome se fait sur la fin de l'oeuvre (ce qui nous donne envie d'ouvrir le tome 3 pour connaître le véritable dénouement) et la personnalité de chaque personnage a vraiment été très bien choisi et exploitée. Les soeurs de Cendrillon ne sont pas les vieilles mégères que l'on connait (le personnage de Rose est d'ailleurs un des plus intéressants de l'oeuvre), et sa belle-mère n'est pas une vieille aigrie qui fait des préférences gratuitement. Ce tome va plus profondément dans la psychologie des personnages que le premier, et c'est un gros point positif, car c'est ce qui permet au lecteur de s'attacher beaucoup plus aux personnages. Cendrillon quant à elle, parait d'abord naïve, mais elle se rend compte de ses propres erreurs, et au fur et à mesure qu'on avant, on les lui pardonne tout autant qu'elle essaye d'y remédier. 
Ce tome est beaucoup plus abouti que le premier (selon moi), et l'on est complètement nostalgique à la fin de l'oeuvre, car on ne veut pas quitter ces personnages et cet univers. Vivement la lecture du prochain tome !

Musique :
Cette chanson me fait penser à ce livre :
Jon Cozart - After Ever After 2

jeudi 14 août 2014

Timur Vermes - Il est de retour

Quatrième de couverture :
A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s'emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise... Hitler est ravi qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l'estocade qui lui permettra d'accomplir enfin ce qu'il n'avait pu achever...

Mon avis : 14/20 
Quoi de plus accrocheur qu'un tel synopsis ? Hitler se réveille en 2011, à Berlin et il veut absolument achever ce qu'il a commencer. Ahhh, voilà un livre qui risque de ne pas faire rire tout le monde. Et bien non. L'auteur a pris le parti de nous raconter cette histoire sur un ton comique, enchaînant les quiproquos et les malentendus. Hitler, le narrateur, voit le monde comme il l'a quitté, et s'approprie petit à petit les nouvelles technologies. Mais aux yeux de tout le monde, il n'est qu'un comédien de métier, qui joue le rôle du célèbre dictateur (peut-on dire dictateur puisqu'il a été élu d'ailleurs ?). Les comparaisons et les allusions à l'époque aryenne se font nombreuses, mais toujours en montrant Hitler comme un grand naïf un peu trop convaincu par le rôle qu'il a à jouer. 
Le point négatif, c'est l'absence d'action concrète. C'est un roman assez "passif", et parfois les quiproquos récurrents peuvent lasser le lecteur. On s'attend à beaucoup plus de prise d'initiative de la part d'Hitler, alors qu'il est beaucoup plus réflexif qu'actif. 
Le gros point positif, c'est justement cette réflexion. Le narrateur a une vision de notre monde beaucoup plus objective puisqu'il vient d'une autre époque, et il se pose beaucoup de questions sur notre société, notamment sur les médias et leurs rôles. Sa vision des choses nous pousse à regarder autrement ce qui nous entoure, et à nous poser nous-mêmes des questions. D'ailleurs, puisque Hitler est le narrateur, on est confronté à son point de vue sur la Seconde Guerre Mondiale, et c'est assez intéressant car comme il le dit "les gagnants écrivent l'Histoire, et ils en oublient volontairement certains détails". Il nous rappellent qu'il n'y a pas de "vrais gentils" dans une guerre. Aussi, j'avais peur qu'Hitler soit caricaturé comme un grand méchant, et j'ai beaucoup aimé le personnage car il nous est montré assez humainement : il est très intelligent et même s'il est complètement à côté de la plaque, ce n'est pas par pure méchanceté gratuite, mais pour le bien de son pays. 
Ah oui, gros plus pour la fin de l'oeuvre, qui laisse à réflechir. Les deux dernières phrases suffisent à vous faire dire "Ah ouais."

Citations :
- "Soit il y avait tout un peuple de salauds. Soit ce qui est arrivé n'était pas une saloperie, mais correspondait à la volonté de tout un peuple."

Autres chroniques :
--> Alys aussi a essayé ce livre : clique donc là morray !

mardi 12 août 2014

Maxime Chattam - La Conjuration Primitive

Quatrième de couverture :
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ? 
Mais très vite, l’Hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition. Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre. 
De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Écosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante conjuration primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.

Mon avis : 17/20  - COUP DE COEUR -
Mon tout premier Chattam ! Il m'a été conseillé par une amie qui me connait suffisamment bien pour avoir cerné mes goûts. 
Ce livre est un thriller dans toute sa splendeur. La violence est présente, mais le côté psychologique n'est absolument pas laissé de côté. C'est la déviance de l'être humain qui nous est représentée, son instinct primitif qui peut révéler l'horreur "naturelle" qui sommeille en lui, et c'est ce qui travaille le plus le lecteur. Maxime Chattam réussit à nous emporter dans son histoire jusqu'à la fin. Même hors lecture, on reste hanté par ce livre et les questions que son histoire implique. Qu'on s'entende, je suis loin d'être une âme sensible, au contraire, mais la lecture de ce livre a éveillé en moi un côté paranoïaque que je ne connaissais pas. Cela ajouté à quelques rêves marqués par ma lecture : c'est signe de qualité ! L'auteur utilise pile-poil les bons termes pour graver les images dans la tête du lecteur, et ce, sans avoir besoin de faire en permanence de grandes descriptions sanglantes.
L'histoire est aussi le grand point fort de cette oeuvre, elle nous force à nous mettre à la place des tueurs, et d'essayer de les comprendre (même si l'on n'est absolument pas en accord avec leurs actes). Tout est suffisamment travaillé pour que l'on soit dans le flou dès le départ et que petit à petit l'enquête se resserre et prenne sens. Cette oeuvre est absolument addictive, une fois entamée on veut connaître le pourquoi du comment, et le comment du pourquoi. Un thriller absolument à la hauteur de mes attentes.

Citations
- "C'est pas que vous êtes des salauds, c'est le système qui est pourri. On nous élève, nous les petites filles, avec le mythe du prince charmant, du mec droit, idéal, du chevalier, alors que vous êtes biologiquement programmés pour baiser tout ce qui bouge."
- "Être seul pour vivre, deux pour construire. Alexis en avait marre de l'entendre."

Musique :
Cette chanson me fait penser à ce livre :
The Doors - People Are Strange

mardi 5 août 2014

Anonyme - Bourbon Kid, Tome 4 : Le Livre de la mort

Quatrième de couverture :
Il est sans doute préférable pour votre bien-être que personne n’inscrive jamais votre nom dans Le Livre de la mort, sans quoi il vous resterait très peu de temps pour formuler vos dernières volontés. Aussi on peut aisément comprendre que celui-ci fasse l’objet de multiples convoitises, en général assez mal intentionnées. Et que quelques contrariétés guettent son actuel détenteur, l’infortuné Sanchez.

Officiellement mort, le Bourbon Kid, le tueur le plus impitoyable que la terre ait jamais portée, devrait, pour sa part, pouvoir aspirer à des jours heureux en compagnie de Beth, son amour de jeunesse enfin retrouvé. Encore faudrait-il que sa nouvelle identité reste secrète, sans quoi ses nombreuses victimes et ses ennemis, plus nombreux encore, pourraient bien s’unir pour élaborer une terrible vengeance. Mais quand Beth est kidnappée et qu’il s’avère être le seul à pouvoir sauver la petite ville de Santa Mondega d’un terrible bain de sang, le Bourbon Kid n’a plus qu’une solution : revenir d’entre les morts. Plus sauvage et impitoyable que jamais.



Mon avis : 20/20  - COUP DE COEUR -
L'ultime ouvrage de la saga Bourbon Kid nous présente un dénouement plus que rock'n'roll, pour finir sur la même lancée diaboliquement prenante que ses prédécesseurs. Encore une fois, le mystérieux auteur anonyme prend aux tripes le lecteur et le laisse en suspens jusqu'aux dernières lignes. L'histoire nous emporte et les pages défilent d'une facilité déconcertante. On ne présente plus les personnages, seule Flake est nouvelle, mais elle est très rapidement intégrée dans la masse, on s'attache à elle par sa naïveté mêlée au fait qu'elle n'ait peur de rien, et s'il y a bien un personnage humainement moral, c'est elle. Ce dernier tome pose certaines questions implicites comme le fait qu'un tueur puisse être de bon aloi, ou encore l'asservissement humains des vampires sous prétexte qu'ils doivent se nourrir... Que de thèmes qui font réfléchir même s'ils ne sont pas présenté de cette façon-là. 
Que raconter de l'histoire sans spolier les premiers tomes ? Peu importe l'histoire, l'écriture est absolument intelligente, aucun détail n'est laissé au hasard, et tout se rejoint à un moment donné. Encore un roman complètement barré, qui conclut en beauté cette saga complètement unique.


Résumé de la saga Bourbon Kid : une moyenne de 18,8/20

Une saga qui ne plaira sûrement pas à tout le monde tant elle est originale, mais il faut absolument l'essayer une fois, car si l'effet est le même que sur moi : l'essayer, ce sera l'adopter. Une saga complètement barrée, dingue, tarée, "trop", étonnante et finalement, plus c'est exagéré, plus on en redemande. Le premier tome met la barre très haute, et le dernier finit en apothéose. Dur de lâcher un tel univers. Un sans faute pour le Bourbon Kid.
(Pour voir les chroniques de chaque tome, cliquez sur la note.)

18/20
18,5/20













19/20
20/20