vendredi 24 octobre 2014

Davy Mourier - La Petite Mort, Tome 2 : Le secret de la licorne-sirène

Quatrième de couverture :
La Petite Mort a dû faire un terrible choix entre faucher Ludovic, son meilleur ami atteint d'une leucémie, ou son chat Sephi. A-t-il fait le bon choix ? L'entrée au collège, cet univers impitoyable, va-t-elle remettre en question l'amitié, l'amour et l'existence des licornes-sirènes ? De toute façon, rien ne va se passer comme prévu car la famille Mort a... un squelette dans son placard.

Mon avis : 16/20
Je ne savais même pas qu'un second tome était prévu, et voilà que j'en espère un troisième. 
Puisqu'il a beaucoup de points communs avec le premier tome, je ne vais pas m'étendre sur le sujet. 
On retrouve notre chère petite mort pour sa période adolescente. La voilà en pleine crise d'ado, qui entre au collège et qui découvre les joies des trahisons amicales, des déceptions amoureuses et ce rejet permanent qui est fait autour d'elle.
L'humour noir est toujours aussi présent que dans le premier tome, et les caricatures cyniques des publicités sont toujours aussi parlantes et cinglantes. Les personnages sont toujours aussi attachants, et un nouveau personnage débarque : le grand-père de la petite mort. Celui-ci a refusé de faucher sa dernière âme... Et voilà que toute décision a ses conséquences. Et c'est un thème que l'on retrouve assez implicitement dans ce second tome. Les choix, ses conséquences et les regrets qui peuvent en suivre... 
Mignon, léger, et drôle, voilà une suite à la hauteur de son prédécesseur ! (Et l'objet en lui-même est, une fois de plus, très beau ! La superficialité c'est mal, mais on l'est tous !)

mercredi 22 octobre 2014

Collectif - Osez... 20 histoires de sexe en 2050

Quatrième de couverture :
À quoi ressemblera le sexe du futur ? Attention : le livre que vous tenez entre les mains est une machine à avancer dans le temps. Si vous l’ouvrez, vous serez propulsé dans le futur et y découvrirez comment on fera l’amour en 2050. Mais voulez-vous vraiment le savoir ? Voulez-vous vraiment vous initier aux jeux sexuels en réseau ? Découvrir la machine qui permet de vivre ses rêves érotiques ? Savoir comment baiseront les femmes rebelles sous une dictature féministe ? Découvrir la vie sexuelle de Nicolas Bedos en 2050 ? Bref, visiter le futur tel que Jules Verne n’a jamais osé l’imaginer ? Si le programme vous tente, prenez garde : vous n’aurez peut-être plus envie de revenir au temps présent…

Mon avis : 15/20
Avant tout commentaire, je tiens vraiment à remercier une fois de plus La Musardine, qui m'a gentiment proposé la lecture de ce livre.

Soyons clairs de suite, un recueil de nouvelles peut difficilement être évaluer dans son ensemble puisque les auteurs sont différents et leurs style peuvent ne pas plaire à tout le monde. Mais justement, c'est dans leur ensemble que ces textes m'ont surprise. Si certaines nouvelles n'ont pas marquées ma mémoire, d'autres sont réellement surprenantes par les sujets qu'elles impliquent. Et oui, ne vous laissez pas avoir par le titre de ce livre, on ne trouve pas le véritable intérêt de ces histoires dans le sexe pur et dur, mais bel et bien le monde futuriste que les auteurs ont choisi de nous livrer. Selon les auteurs, le résultats est plus ou moins intéressant et l'on découvre un futur qui se calque sur des "extrêmes" de notre société actuelle. Plusieurs nouvelles évoquent la disparition des hommes (et de leur utilité) de notre monde, condamnant parfois le féminisme extrême, d'autres fois montrant qu'un monde entièrement féminin est possible et même "mieux" (si je mets des guillemets, c'est juste pour montrer mon total désaccord avec ce dernier point). Une autre nouvelle se déroule dans une futur où l'hygiène est primordiale et imposée comme règle stricte : on ne peut faire l'amour sans se laver-désinfecter avant/après et la pilosité est totalement bannie (bon, je n'ai pas encore compris comment cela était vérifiable) et un groupe de rebelle se retrouve la nuit tombée pour de grosses orgies pleines de sueurs et de poils. L'ambiance de cette nouvelle était complètement glauque et malsaine (ceci est un point positif, attention) et elle permet d'étendre la réflexion sur les règles d'hygiène que l'on nous impose déjà : jusqu'où va-t-on vouloir du "toujours plus propre" ?
De manière générale, ce livre est très intéressant de par la diversité des nouvelles, des styles et des idées exploitées. Evidemment, les nouvelles sont de différents auteurs et certaines histoires touchent plus ou moins le lecteur. Et si j'ai trouvé un réel intérêt aux nouvelles qui apportaient une véritable réflexion sur notre monde actuel, j'ai beaucoup moins aimé les histoires plus légères. 

lundi 6 octobre 2014

Karine Lambert - L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Quatrième de couverture
Les hommes sont présents partout dans cet immeuble de femmes qui ont renoncé à eux. Dans leurs colères, leurs nostalgies, leurs rêves, leurs désirs… Quatre femmes d’âges et d’univers différents, pas des féministes acharnées : des amoureuses blessées qui se méfient désormais de l’amour et ont inventé une autre manière de vivre.
Juliette, une jeune locataire qui vient d’emménager, est séduite par leur complicité, leurs joies, leurs rires et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’a pas du tout abdiqué ! Son acharnement va-t-il ébranler les belles certitudes de ces farouches adeptes de la vie en solo ?

Mon avis : 8/20
Voilà un livre dont le titre et le résumé sont prometteurs, mais où le contenu n'est manifestement pas à la hauteur. L'auteure enchaîne les stéréotypes et les personnages ne sont pas assez approfondis. Entre la jeune fille qui rêve au prince charmant et la vieille avec son chat qui pense avoir renoncé aux hommes mais qui se ment à elle-même, seul le personnage de Giuseppina apparait comme sympathique, bien qu'encore une fois elle soit le stéréotype de la fille italienne oppressée par sa famille machiste. (Qui se laisse voler son enfant par ses frères ?)
Ce qui est dommage, c'est qu'avec un tel concept, l'auteure aurait pu faire un livre magnifique si les personnages avaient été plus réalistes et si leur psychologie plus approfondie. 
Ce livre est malheureusement creux, et l'intrigue n'est pas réellement définie, les personnages sont juste présents. Il y a beaucoup trop de choses invraisemblables pour que l'on se prenne au jeu (tu as un fils, et tu ne l'invites pas chez toi sous prétexte que l'immeuble est interdit aux hommes ?), et c'est vraiment dommage car le livre avait un potentiel dans son ensemble car le rapport homme/femme est un thème mériterait d'être exploité en profondeur, mais il "n'envoie pas le pâté" comme prévu. Le style de l'auteure est, cela dit, fluide et agréable, car malgré ses défauts, ce livre se lit assez rapidement.