mardi 7 avril 2015

Juan Jacinto Muñoz Rengel - Le Tueur Hypocondriaque

Quatrième de couverture :
Monsieur Y., tueur à gages de son métier, n'a plus qu'un jour à vivre...Deux, maximum. En réalité, M. Y. se réveille chaque matin :
1) persuadé qu'il s'agit du dernier jour de sa vie,
2) déterminé à tuer Eduardo Blaisten, qu'il poursuit depuis un an et deux mois exactement.
Mais, en plus d'être atteint de maladies toutes plus rares et/ou imaginaires les unes que les autres, M. Y. souffre d'une malchance chronique. Si seulement il ne s'était pas endormi dans le métro la fois où il aurait pu pousser Blaisten sur les rails ! Au fil de ses tentatives d'homicide, M.Y. établit des liens évidents entre ses propres symptômes et les grands maux qui torturent Proust, Voltaire, Tolstoï, Molière, entre autres grands hypocondriaque de l'histoire. Et lui, arrivera-t-il à accomplir sa dernière grande oeuvre ?

Mon avis : 7/20
Voilà un livre qui nous fait de grandes promesses et qui les tient... plutôt mal. 
Si l'on s'attend à un roman un peu humoristique, sarcastique, c'est raté. L'humour est lourd et répétitif, une fois les trois premiers chapitres lus, le reste ne surprend plus personne et les chapitres se suivent et se ressemblent tous... Les analyses de maladies sont longues et les détails qui peuvent amuser dans les premiers chapitres deviennent, au fil de la lecture, agaçants. On se lasse assez très rapidement.
Le personnage principal aurait pu être bien plus atypique, bien plus original, mais on ne connait que ses intentions principales et jamais le fin fond de ses pensées. On se demande pourquoi, comment, et les réponses ne sont que superficiellement données, quand elles le sont. 
Les chapitres les plus intéressants restent ceux qui retracent les maladies folles de grands auteurs comme Voltaire ou Poe, mais dès que l'intrigue reprend le dessus, la monotonie du livre réapparait en même temps que l'ennui du lecteur. Le pseudo retournement de situation à la fin de l'oeuvre ne fonctionne pas tant l'intrigue ne parait pas essentielle à la lecture. 
Le titre et la quatrième de couverture laissent supposer une intrigue originale et pleine de rebondissements... et pourtant l'ennui se fait ressentir au bout d'une cinquantaine de pages, une fois que l'on a compris que rien ne viendrait nous surprendre, nous faire réfléchir ou nous retourner les tripes. Dommage.

10 commentaires:

  1. Ah mince! C'est dommage que tu aies été déçue! C'est vrai qu'à lire le résumé il est bien tentant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... Mais j'ai lu des avis bien plus positifs que le mien, alors je ne voudrais pas que les gens s'empêchent de se faire leur propre avis :D

      Supprimer
  2. Mince alors :// Vraiment dommage, parce que rien que pour le titre j'aurai pu être tenté x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis souvent tentée par les titres et... La pour le coup : grosse déception :P

      Supprimer
  3. Je ne vais pas me le procurer alors ! ^^
    Et je pense que je suis un peu trop jeune pour lire ce genre de roman, non ! Je n'ai que 15 ans ! ^^
    Sinon une magnifique chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah... Je pense qu'il existe de meilleurs romans dans le genre, qui se lisent beaucoup mieux :)

      Supprimer
  4. J'imagine la déception avec un résumé pareil et le titre... Je passe mon tour alors!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a vraiment de plus en plus de livres aux titres à rallonge et qui se trouvent décevant.
      C'est devenu une mode de trouver le titre le plus accrocheur... Je ne me ferai plus avoir :p

      Supprimer
  5. Dommage ^^ Merci pour ta chronique sincère :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours être sincère :P
      Mais c'est vrai que j'aime pas démonter un livre mais il faut avouer que parfois... Ils le méritent !

      Supprimer