samedi 23 janvier 2016

Stephen King - Les Yeux du Dragon

Quatrième de couverture :
L'ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain... Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c'est en vue d'accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c'est compter sans une antique maison de poupée, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d'un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie. On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. En écrire un à l'intention de sa fille Naomi était donc pour Stephen King une sorte de retour aux sources.

Mon avis : 15/20
Quand Stephen King sort de son genre de prédilection pour se lancer dans de la Fantasy Jeunesse, il sait qu'il est attendu au tournant. Et pourtant, il s'en sort à merveille. On ne peut que l'appeler Le Roi du Suspens lorsqu'il écrit un livre sous forme de conte dont on connait la fin dès le début mais dont on ne peut se lasser au fil des pages. Les personnages sont subtilement développés et les caractéristiques du conte lambda ne sont pas lourdes un seul instant quand c'est Stephen King qui prend les choses en main.
Il faut cependant savoir que l'on est loin de l'univers de la plupart de ses romans et on le lit sans se dire que l'on a entre les mains un Stephen King. Ici très peu de fantastique et d'horreur, on est vraiment face à un conte, raconté de façon classique. Il faut être prévenu pour ne pas être déçu. Mais une fois cette barrière dépassée, on se laisse porter par l'histoire et on l'apprécie d'autant plus. 
Loin d'être un incontournable de l'auteur, la lecture reste distrayante et on sent un véritable travail de conteur derrière ce projet.

mardi 12 janvier 2016

S.K. Tremayne - Le Doute

Quatrième de couverture :

Un an après le décès accidentel de Lydia, l'une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft quittent Londres pour oublier le drame. Ils s'installent sur une petite île écossaise, qu'ils ont héritée de la grand-mère d'Angus, au large de Skye.
Mais l'emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu. Le comportement de Kirstie, leur fille survivante, devient étrange : elle se met à affirmer qu'elle est en réalité Lydia. Alors qu'un brouillard glacial enveloppe l'île, l'angoisse va grandissant... Que s'est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l'une des deux soeurs a trouvé la mort ?

Mon avis : 15/20
Ce livre porte très bien son titre. Car le doute est bel et bien le sentiment que va avoir le lecteur tout au long de sa lecture. 
Tout commence par une intrigue déconcertante : deux jumelles, l'une d'entre elle meurt, la seconde affirme être celle-ci un an après les faits. 
Le doute submerge ses parents, la petite fille elle-même, mais aussi et surtout le lecteur. On imagine toutes les possibilités et l'auteur joue justement avec notre imagination puisque les unes après les autres, toutes les options disparaissent et ne laisse qu'un énorme fouillis d'incertitudes déconcertantes.
Les personnages sont plutôt bien développés, notamment le personnage de la mère, Sarah.
L'écriture est fluide et l'ambiance est glaciale, le sentiment de solitude s'imprègne dans le lecteur ne serait-ce qu'avec les repères spatiaux. L'île sur laquelle vit cette famille est complètement austère et l'on ne veut qu'une chose : que le mystère soit résolu et que la famille quitte cet endroit.