samedi 30 avril 2016

Ruth Ware - Promenez-vous dans les bois...

Quatrième de couverture :
Une jeune femme reçoit un message l'invitant à l'enterrement de vie de jeune fille d'une de ses anciennes meilleures amies. Elle arrive dans une grande propriété en verre, perdue au fond des bois. 48 heures plus tard, elle se réveille dans un hôpital couvertes de blessures. Un meurtre a eu lieu pendant la fête. Que s'est-il passé et qu'a-t-elle fait ?
 Mon avis : 14/20
Ruth Ware signe un premier thriller efficace dont l'intrigue est assez originale et les personnages plutôt bien pensés.
Oui mais... le personnage principal a certaines réactions assez horripilantes : on aimerait lui donner une claque en lui disant d'arrêter de redevenir la petite fille soumise d'il y a 10 ans en arrière ! Heureusement, tous les personnages ne sont pas comme cela, et l'intrigue justifie aussi ce personnage "un peu faiblard" puisqu'elle va devoir surpasser tous ses vieux démons.
Il faut dire que la tension monte petit à petit au fil des lignes, et ce, sans que l'on comprenne réellement quand le point crucial de l'oeuvre arrivera. Une fois que cela est fait, les amateurs de thrillers se douteront assez facilement du dénouement. Oui mais jusqu'à la toute fin du livre on doute. Et c'est là la force de l'auteur : elle nous fait douter et toutes les options passent dans nos têtes. Qui ? Pourquoi ? Quand ? Vraiment ??
Au final, cette lecture n'est sûrement pas la plus transcendante que l'on puisse avoir, cependant on ne peut pas réellement être déçu car ce livre possède tous les atouts que l'on recherche dans un bon thriller. Suspens, personnages étranges, intrigue bien ficelée. En somme, c'est un livre simple mais efficace.

mardi 19 avril 2016

Youtube

Bien le bonjour bande de gens.

Si je fais cet article aujourd'hui, c'est pour vous parler du lancement de ma chaîne Youtube (où je parle de livres, bien évidemment). Cela fait pas mal de temps que je tourne autour du pot, j'ai donc décidé de me lancer officiellement pour voir ce que ça donnait.
Le but n'est pas du tout de remplacer les chroniques écrites (ni de faire de la Youtube Money hein), mais plutôt de les compléter (cf : les répéter) afin de mettre plus en avant des livres qui, selon moi, méritent de l'être. 
A savoir que tout avis est bon à prendre (mais je ferai quand même ce que je veux parce que je suis la meilleure t'asvu), d'autant plus quand il vient de personne qui suivent régulièrement (ou pas) mon blog. Wesh.

Actuellement, une seule vidéo est disponible. Mais si t'en veux plus, bah... tu n'as qu'à la mettre en boucle car il n'y en a vraiment qu'une pour le moment.


jeudi 14 avril 2016

Chahdortt Djavann - Les putes voilées n'iront jamais au Paradis !

Quatrième de couverture :
Ce roman vrai, puissant à couper le souffle, fait alterner le destin parallèle de deux gamines extraordinairement belles, séparées à l’âge de douze ans, et les témoignages d’outre-tombe de prostituées assassinées, pendues, lapidées en Iran.
Leurs voix authentiques, parfois crues et teintées d’humour noir, surprennent, choquent, bousculent préjugés et émotions, bouleversent. Ces femmes sont si vivantes qu’elles resteront à jamais dans notre mémoire.
À travers ce voyage au bout de l’enfer des mollahs, on comprend le non-dit de la folie islamiste : la haine de la chair, du corps féminin et du plaisir. L’obsession mâle de la sexualité et la tartufferie de ceux qui célèbrent la mort en criant « Allah Akbar ! » pour mieux lui imputer leurs crimes.
Ici, la frontière entre la réalité et la fiction est aussi fine qu’un cheveu de femme.


Mon avis : 20/20 - COUP DE COEUR -
Comment parler de ce livre qui m'a transcendée du début à la fin ?
L'intrigue tourne essentiellement autour de deux amies d'enfance que le destin va séparer pour finalement leur donner une fin pas si différente l'une de l'autre. Pourquoi cela ? Parce qu'en Iran, si tu es une femme, tu as de grandes chances de finir prostituée.
Et à travers cette fiction, l'auteur donne la parole à des femmes que personne n'a jamais écoutées : des prostituées décédées, qui avant même de le devenir, étaient pleines de rêves et d'illusions. Ces témoignages d'outre-tombe sont crus, violent et dérangeants et c'est là la force de cette oeuvre. Les femmes ne valent rien si elles ne sont plus vierges pour la simple et bonne raison qu'elles sont nées femmes. Chaque histoire, dans ce livre, nous montre toute l'absurdité de cette logique.
Ce livre est bien plus qu'une voix féministe, c'est une voix humaniste car aucun humain digne de ce nom ne peut traiter un autre être humain de cette façon. 
L'auteur nous fait un plaidoyer réel, caché dans la fiction, contre cet Islam oppresseur et hypocrite qui tient le pouvoir dans le pays, elle critique ce que l'homme fait de la religion et les horreurs qu'il se permet de faire en son nom.

Il est très difficile de parler de cette oeuvre, on ne peut que la conseiller. Ce livre doit devenir un indispensable pour que les choses changent. Car elles doivent changer, cela ne fait aucun doute. 

"Un rien fait de vous une pute, dans cette contrée."

"Bon, maintenant, j'aimerais que tu saches, je suis pas un violeur. J'ai pensé que t'étais une pute."

"Ma beauté ne m'a apporté que du malheur."

"Naître fille dans ce pays est un crime en soi."

"Femme, vous ne disposez jamais de votre corps ni de votre vie dans ce pays. 
La loi vous l'interdit."

vendredi 8 avril 2016

Adrien Tomas - Notre-Dame des Loups

Quatrième de couverture :
En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.

A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.

Mais l’ennemi n’est pas le seul à dissimuler sa véritable nature…

Mon avis : 18/20 - COUP DE COEUR -

Ce roman est à mi-chemin entre The Revenant et Les 8 Salopards.
Rien que ça.

Simple et efficace, ce western dont l'ambiance glaciale nous emporte dès le début est une belle réussite. L'auteur réussit à rendre vraisemblable une intrigue fantastique en rendant crédible le célèbre mythe des loups-garous.
Les personnages sont de véritables brutes sans coeur et l'on arrive pourtant à s'attacher à chacun d'entre eux grâce au système de narration. Chapitre après chapitre, on change de narrateur et l'on découvre un nouveau point de vue et une nouvelle histoire. Par ce choix de l'auteur, on comprend très vite que l'intrigue n'en épargnera aucun.
Adrien Tomas a su créer une ambiance particulière, car en plus des loups-garous, l'environnement est aussi une menace. On se retrouve au coeur des grandes contrées nord-américaines : beaucoup de neige et très peu d'hygiène.
Le suspens n'est pas vraiment présent mais ce n'est pas ce que l'on attend de l'oeuvre. On ne veut pas réellement connaître le fin mot de l'histoire mais plutôt comment on va déboucher sur le dénouement attendu.
Court, efficace et prenant. Ce livre est une belle réussite.


Un autre avis ?

mardi 5 avril 2016

Olivier Gay - Trois Fourmis en File Indienne

Quatrième de couverture :
Fitz deale tranquillement sa coke dans un club parisien quand il reçoit des messages insistants de Bob le hacker, qui a pris la fâcheuse habitude de s’immiscer dans sa vie sans y être invité : « Tu m’avais promis une faveur. Il est temps de passer à la caisse ». En effet, dans l’épisode précédent, Fitz s’était engagé sur l’honneur à lui rendre un service futur en échange de son aide. Le hacker lui demande de se faire passer pour un amateur d’art et le met sur la liste des VIPs invités à la vente aux enchères privée sur l’île du multimilliardaire Philip Munster. Sa mission : se faufiler dans le bureau de l’homme d’affaires et y placer un dispositif de piratage informatique. Pour parfaire sa couverture, il cherche une escort quand il est contacté par Jessica, son ex travaillant à la police judiciaire. Elle a elle aussi Philip Munster dans son radar, car il est suspecté de financer des groupes terroristes internationaux. Dans le collimateur des Stups et sous la pression de Jessica, Fitz n’a d’autre choix que d’accepter qu’elle l’accompagne.
Fitz et Jessica, couple forcé et détonant, s’embarquent dans une aventure haute en couleur et en rebondissements, digne de OSS 117.

Mon avis : 16/20
Quel plaisir de retrouver Fitz ! 
Encore une fois, l'écriture d'Olivier Gay fonctionne à merveille, on se retrouve avec un polar moderne qui se lit d'une traite et qui ne nous laisse pas passer une seconde par la case "ennui".
Encore une fois tout y est : les références sont nombreuses, les personnages sont cool et l'on découvre un peu mieux la fameuse Jessica dont on a beaucoup entendu parlé dans les autres tomes. 
L'histoire est surprenant et l'auteur joue avec les attentes du lecteur pour l'emmener sur de fausses pistes, et cela fonctionne très (très !) bien.

Rien à dire de plus, le quatrième livre de la série Fitz est une réussite et on attend avec impatience le prochain tome !

Cette critique peut paraître courte, mais pour ne pas trop répéter la chronique sur Mais je fais quoi du corps ? j'ai préféré faire plus court.