lundi 31 octobre 2016

Adrien Tomas - Le Chant des Epines, Tome 1 : Le Royaume Rêvé

Quatrième de couverture :
Ils sont les héritiers des clans nordiques.
Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres.
Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ?

Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.

Mais leur chemin vers cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Lorsque le Nord, déjà affaibli par les querelles des Quatre Citadelles, devient la cible des mandragores, redoutables créatures issues des sombres enchantements des Elfes, le doute n’est plus permis?: ils sont la dernière chance de survie des marches du Gel. Pour les combattre, les lames, le verbe et la magie seront leurs seules armes.

Mon avis : 16/20
Après avoir lu Notre-Dame des Loups (et quel coup de coeur !) où Adrien Tomas nous proposait un magnifique western fantastique, le voilà de retour dans son genre de prédilection, la Fantasy.
Mais alors, que vaut ce premier tome ?
Et bien c'est une vraie réussite. Si l'histoire prend du temps à se mettre en place, la lecture n'en demeure pas moins agréable. Le monde crée par l'auteur est bien défini mais il ne nous assomme pas de détails insignifiants qui peuvent parfois gâcher la lecture. Non. L'auteur va droit au but, les descriptions sont simples mais efficaces : elles dirigent notre imagination sans jamais la devancer. Très bon point donc.
Mais le gros point positif de cette oeuvre, c'est son originalité : l'auteur insère à son intrigue des éléments de science-fiction mais aussi de fantastique. Il est important de préciser que le tout est fait de manière intelligente et là où l'auteur aurait pu tomber dans le "fourre-tout", il réussit à rendre la chose subtile, ce qui donne une singularité certaine à ce livre.
Bref, on ne le répète jamais assez, mais on possède en France un beau petit lots d'auteurs (notamment dans la SFFF) qui feraient pâlir les anglophones. Adrien Tomas est incontestablement une de ces petites perles qu'il faut lire, et faire lire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire