lundi 14 août 2017

Ma Sélection Pour la Rentrée Littéraire #RLN2017 - Partie 1/2

La rentrée littéraire, c'est le moment de l'année où l'on se fait bombarder de livres de tous les côtés. Alors bien sûr, la plupart des auteurs mis en lumières sont ceux qui ont le plus de chance de gagner le fameux Prix Goncourt (oui, avant même de lire les livres de la RL, on peut déjà savoir qui aura plus ou moins de chance de le gagner, mais ce n'est pas le débat.)
Et il y a quelques jours Pikobooks a lancé le challenge #RLN2017 afin de mettre en avant d'autres livres merveilleux dont on n'entendra pas forcément parler si on ne le fait pas nous-mêmes.


Voilà donc ma sélection réduite, car il y en avait le double mais après avoir laissé mijoter tout cela, certains livres sont sortis du lot. J'ai divisé la liste en deux groupes et donc deux articles : les livres 100% RL, et les livres qui sortiront dans les mêmes dates mais qui ne font pas partie à proprement parler de la RL, bien que pour moi, ce soit la même chose. Voici donc, les livres de la RL "classique".


Bakhita, née au Darfour au milieu du XIXe siècle, est enlevée par des négriers à l'âge de 7 ans. Revendue sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître, et sera rachetée par le consul d'Italie. Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir soeur.
 Ce livre parle d'une histoire vraie, d'esclavagisme et l'histoire de cette femme a l'air totalement hors norme. 
Je suis franchement tentée par ce livre car il a l'air puissant, surprenant et effroyable notamment car il retrace une histoire vraie.



Hiver 1709, dans le sud de la Bretagne. Une vague de froid sans précédent s'abat sur le Royaume de France, déclenchant une famine effroyable. Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi. Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui. Printemps 1715, au large des Caraïbes. L'Ombre, un farouche capitaine, fait régner la terreur dans ces mers du bout du monde qu'il écume sans relâche. Lors de l'attaque d'un galion espagnol, il épargne un prêtre jésuite et le fait prisonnier. Un affrontement s'engage alors entre les deux hommes sur l'épineuse question de l'existence de dieu. Autour du père Anselme et de l'Ombre gravitent nombre de flibustiers : fuyards, déclassés, prostituées, gueux et autres gibiers de potence qui ont renoncé à tout pour vivre une dangereuse et impensable liberté.
Le Sans Dieu, navire de l'Ombre, devient une scène de théâtre exiguë pour ces hommes qui ne se sont pas choisis, mais se retrouvent condamnés à vivre et à mourir ensemble, avec l'immensité de la mer pour seul horizon. Un roman de pirates, où les tempêtes qui agitent les âmes semblent bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles.
 Un roman d'aventures qui nous parle de piraterie, je suis partante. Les pirates, c'est une fascination chez moi, je les admires et je ne me lasse jamais de ce genre de récits. Je suis impatiente !


Sur le parking d’un supermarché, dans une petite ville de province, une femme se démaquille méticuleusement, tristement. Enlever sa perruque, sa robe de soie, rouler ses bas sur ses chevilles : ses gestes ressemblent à un arrachement. Bientôt, celle qui, à peine une heure auparavant, volait quelques instants de joie et dansait à corps perdu sera devenue méconnaissable. Laurent, en tenue de sport, a remis de l’ordre dans sa voiture et dissimulé dans le coffre la mallette contenant ses habits de fête. Il s’apprête à retrouver femme et enfants pour le dîner. Petit garçon, Laurent passait des heures enfermé dans la penderie de sa mère, détestait l’atmosphère virile et la puanteur des vestiaires après les matchs de foot. Puis il a grandi, a rencontré Solange au lycée, il y a vingt ans déjà. Leur complicité a été immédiate, ils se sont mariés, Thomas et Claire sont nés, ils se sont endettés pour acheter leur maison. Solange prenait les initiatives, Laurent les accueillait avec sérénité. Jusqu’à ce que surviennent d’insupportables douleurs, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus réfréner ses envies incontrôlables de toucher de la soie, et que la femme en lui se manifeste impérieusement. De tout cela, il n’a rien dit à Solange. Sa vie va basculer quand, à la faveur de trois jours solitaires, il se travestit pour la première fois chez eux. À son retour, Solange trouve un cheveu blond… Léonor de Récondo va alors suivre ses personnages sur le chemin d’une transformation radicale. Car la découverte de Solange conforte Laurent dans sa certitude : il lui faut laisser exister la femme qu’il a toujours été. Et convaincre son entourage de l’accepter. La détermination de Laurent, le désarroi de Solange, les réactions contrastées des enfants – Claire a treize ans, Thomas seize –, l’incrédulité des collègues de travail : l’écrivain accompagne au plus près de leurs émotions ceux dont la vie est bouleversée.
 Un roman qui parle de la transsexualité et, donc, de l'identité au sens plus large, c'est une thématique que l'on trouve très peu dans les romans et j'ai cette forte intuition que cela va être particulièrement bien traité, j'ai confiance en les éditions Sabine Wespieser.


Qui, dans sa vie, n’a pas rêvé de disparaître subitement pour laisser un souvenir impérissable ? Dans L’Amour est une maladie ordinaire, un homme succombe à ce dangereux fantasme.
Parce qu’il refuse que l’amour ne soit pas éternel, parce qu’il ne supporte plus les ruptures et les histoires qui partent en déroute, il se voit régulièrement obligé, la mort dans l’âme, d’organiser son décès auprès des femmes qu’il aime.
Pour le meilleur et pour le pire… 
Est-ce que je pouvais faire une liste sans mettre les éditions Tripode dedans ? Impossible. Et si le Hilsenrath me tente énormément, je sais d'avance que je ne le lirai pas pour la rentrée (j'aime faire durer le plaisir et savoir que je peux l'avoir sous la main quand je veux !). Quant à ce livre, il a l'air complètement décalé, drôle et complètement absurde. Ca change des thématiques plus pesantes/lourdes, ce qui ne fait pas de mal de temps en temps.


Juin 1789, l’Ancien Monde bascule. Les Villemort forment une longue lignée d’aristocrates, un clan soudé par l’idée ancestrale de leur sang pur, un sang dont précisément cette famille se délecte. Les Villemort, ces « talons rouges », sont aussi des vampires. Deux d’entre eux veulent renoncer au sang de la race pour se fondre dans la communauté des égaux. Ils sont les héros de ce roman oscillant entre le fantastique et le réel des journées révolutionnaires. Voici William, l’oncle revenu d’Amérique, qui a pris là-bas le goût de la liberté et épouse la cause des esclaves affranchis, s’entourant d’une garde couleur ébène. Voici Louis, le neveu exalté, beau, précipité dans l’action révolutionnaire, épris de Marie de Méricourt jusqu’à lui donner la vie éternelle. Comment échapper à la malédiction venue du fond des âges ?
 La Révolution française et une famille de vampires. Comment expliquer mieux que ce livre a l'air d'osciller entre le roman historique et le fantastique, tout en restant très "sérieux". Personnellement, ça me parle et j'ai hâte de voir ce que ça donne. 


Angleterre, 1852. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Mais la découverte de l'apiculture réveille son orgueil déchu : décidé à impressionner son unique fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire.
Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils s'est converti au végétarisme et rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d'une exploitation menacée chaque jour un peu plus par l'inquiétante disparition des abeilles ?
Chine, 2098. L'Effondrement de 2045 a laissé la planète exsangue. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser les fleurs à la main. Pour son petit garçon, elle rêve de l'avenir réservé à l'infime élite. Seulement, un jour, Wei-Wen tombe dans le coma après s'être aventuré seul dans une forêt… Afin de comprendre ce qui est arrivé à son fils, Tao se plonge aux origines du plus grand désastre de l'humanité. 
Là, on arrive dans les top des livres que j'ai envie de lire pour cette RL. Celui-ci est clairement une anticipation, mais elle reste liée au présent, ce qui amplifie mon attrait. D'autant plus que l'écologie est clairement au coeur du roman !! 


Vêtue d’un habit étrange et rêvant d’une cigarette, Yolanda se réveille dans une pièce vide. Verla, une jeune femme au crâne rasé, est assise à côté. Au bout d’un couloir où résonnent des voix inconnues, d’autres captives reviennent à elles. Droguées, désorientées, au milieu de l’outback australien, les filles ne sont sûres que d’une chose. Elles sont toutes liées par les incidents douloureux de leur passé. Et chacune se retrouve prisonnière de la mystérieuse entreprise de sécurité responsable de ce lieu désolé. Mais c’est sous le joug même de ce système absurde que Yolanda et Verla parviennent à forger un lien et, tirant leur force de l’instinct animal dont elles sont obligées de dépendre, les proies se changent en prédatrices.
 Et voilà le top du top. Ce livre, je l'ai découvert grâce à la vidéo de Céline Online (qui nous fait sa propre PAL spéciale RL2017), et il s'avère que le résumé me rappelle étrangement l'atmosphère de MadMax Fury Road, et le côté "huis-clos dans un désert aride" me plait vraiment. Et le titre fait-il écho à Lucrèce ? Trop de questions ! Ce roman noir ne peut que me plaire, je n'en ai aucun doute.

6 commentaires:

  1. Oh tu sais quoi, je suis en plein dans ma lecture de La nature des choses et pour le moment, je te confirme à 100 % l'ambiance Mad Max =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bah là, tu viens d'en faire mon livre prioritaire pour la Rentrée Littéraire ! Mais ça va être long d'attendre sa sortie !!

      Supprimer
  2. J'ai noté quelques titres pour moi et un (les pirates) pour mon copain - tu me sauves un peu sur ce coup car j'ai les mains vides pour son anniversaire qui arrive dans quelques jours. Merci. Très intéressant en tout cas, comme l'autre billet sur la rentrée littéraire que je viens de lire également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha parfait alors :P
      T'as noté quels titres (pure curiosité) ?
      En vrai cette rentrée littéraire me botte assez, donc c'est dingue. C'est sûrement parce que je ne bosse plus en librairie ^^

      Supprimer
    2. J'ai noté (c'est-à-dire gribouillé sur une feuille volante, il faut absolument que je note ça dans un carnet sinon ce sera vite perdu) Les talons rouges et Une histoire des abeilles.
      Je viens d'acheter Sans Dieu pour mon copain; il était dispo dans ma librairie et même présenté sur la table des nouveautés. :)
      Rapport à l'autre billet: j'ai aussi cherché et demandé le bouquin d'Anonyme, pour mon copain celui-là aussi, mais il n'est pas encore sorti en fait, je lui offrirai plus tard.

      Supprimer
    3. Ouais, en fait y'a pas mal de livres qui me tentent mais qui ne sortent qu'en septembre, donc je vais devoir attendre :(
      Mais du coup j'ai les autres en attendant :D

      Supprimer