lundi 2 octobre 2017

Geoffrey A. Landis - Le Sultan des Nuages

Quatrième de couverture :
L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises. Pour David Tinkerman et le Dr Léa Hamakawa, scientifiques récemment arrivés de Mars en vue d’une expertise, les forces souterraines à l’œuvre autour du jeune satrape vont vite s’avérer plus mortelles que Vénus elle-même…

Mon avis : 16/20
Une fois de plus, la collection Une Heure-Lumière ne cesse de nous surprendre dans le positif. Et cette fois, c'est avec un fabuleux récit de hard science (mais pas trop, promis), car c'est ce qui fait tout son charme. Le récit nous fait voyager sur Vénus dont les descriptions nous donneraient presque envie d'y emménager. L'auteur ne manque pas de parler du côté "social" de cette planète, on y découvre les moeurs (un peu malsaines de mon point de vue de terrienne arriérée), les loisirs mais aussi la politique de cette planète. A aucun moment on ne tombe dans des explications barbantes, car tout est parfaitement dosé et maîtrisé. L'intrigue s'impose comme un fil conducteur qui rend la lecture addictive, l'auteur réussit avec habileté à nous décrire un monde complexe de façon claire. L'écriture est parfaitement équilibrée, les détails sont présents mais ne noient jamais le lecteurs.
Le seul bémol de ce livre serait que le dénouement arrive comme un cheveux sur la soupe, mais ce n'est qu'un petit détail qui est dû au format court, d'autant plus qu'il n'enlève rien à la puissance du récit.

D'autre avis :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire