vendredi 6 octobre 2017

Léonor de Recondo - Point Cardinal

Quatrième de couverture :
Laurent rejoint femme et enfants pour le dîner. Avec Solange, rencontrée au lycée, la complicité a été immédiate. Il s'est longtemps abandonné à leur bonheur calme. Mais sa vie bascule quand, à la faveur d'un week-end solitaire, il se travestit pour la première fois. A son retour, Solange comprend que Laurent est un transsexuel qui s'ignore. Elle va convaincre ceux qui l'aiment de l'accepter.

Mon avis : 10/20
Il est assez délicat de parler de cette oeuvre. Car si la trans-identité a le mérite d'être le centre de l'histoire, on ne peut pas dire qu'il en soit autant de l'objectivité.
Tout d'abord, parlons de la forme. Si le premier chapitre est écrit de façon très cinématographique, la suite du roman devient malheureusement beaucoup plus fade tant le fond prend le dessus sur la forme. La psychologie des personnages "secondaires" n'est pas très approfondie ce qui les rend lisses et peu sympathiques aux yeux du lecteur qui n'a d'autre choix que se concentrer sur Lauren(t). Alors oui, c'est bel et bien de lui/elle que l'on parle ainsi que de sa transsexualité, mais le livre aurait gagné à entrer en détails sur les membres de la famille qui se retrouve à affronter la nouvelle du jour au lendemain. Et on en arrive au fond de l'oeuvre : la trans-indentité. C'est un sujet qui devrait être beaucoup plus évoqué dans la littérature, ou au moins plus mise en avant. Mais le problème de ce livre, c'est la vision que l'auteur en donne. Tout se passe très rapidement, et surtout, très bien. Un peu de positif ne peut faire de mal, mais ce livre se révèle clairement utopique. Si l'acceptation de soi est plutôt bien traitée, on ne peut pas en dire autant sur l'acceptation des "autres". Tout le monde prend bien la nouvelle, personne ne se moque, personne ne juge, tout le monde soutient et on change de sexe en un claquement de doigt. Je n'exagère qu'à peine, car un seul personnage se révèle dérangé par la nouvelle, ce qui est bien trop peu pour être un tant soit peu réaliste.
Et c'est vraiment dommage, car ce livre se lit très facilement, mais l'auteur semble avoir privilégié le fond à la forme, ce qui est navrant quand on voit la façon dont la thématique est traitée. Ce roman n'était pas loin d'être bon, mais il faut souligner qu'il a au moins le mérite d'exister.

4 commentaires:

  1. Moui, je vais passer.
    Si tu n'es pas allergique aux romances adolescentes, je te conseille sur le sujet Celle dont j'ai toujours rêvé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis allergique à rien car on passe à côté de pépites à penser comme ça, donc je note le titre, ça m'intéresse vraiment beaucoup, merci :)

      Supprimer
  2. Oh bah zut alors ! (Très constructif comme commentaire tu me diras !).

    Je viens enfin de mettre la main dessus et je n'ai pour l'instant lu que le premier chapitre. J'irai malgré tout jusqu'au bout mais... ta chronique en tête pour faire plus attention.

    Merci pour ton avis sincère.

    RépondreSupprimer