jeudi 19 octobre 2017

Stephane Desienne - Zoulag : La Filière Sibérienne

Quatrième de couverture :
L’humanité a finalement réussi à contenir l’apocalypse zombie, et les spécimens infectés qui n’ont pas été éradiqués sont désormais enfermés dans des « zoulags » à des fins scientifiques et militaires.
Boris Yazounov et sa partenaire Nikki font tourner un bien étrange business : on les engage pour voler des zombies et les convoyer à travers les terres désolées de la Sibérie. Et pourvu que la paie soit bonne, le duo n’est pas curieux des motivations de ses commanditaires.
Si jusqu’à ce jour la mécanique du trafic semble bien huilée, l’idée d’une retraite bien méritée commence à germer dans la tête de Boris. Peut-être que cette mission sera la dernière… Mais quelque chose ne tourne pas rond : indics nerveux, mafieux gourmands, ambiance de délation, et maintenant les militaires à ses trousses…
Désormais ce n’est plus seulement son business qu’il doit sauver. C’est sa vie.

 Mon avis : 16/20
Quand on parle de roman zombie, un tas de questions s'imposent. Comment va être traité le virus ? Quel impact vont avoir les zombies sur la société ? Comment rendre original ce genre de récit quand on pense que tout a déjà été fait ? Et bien pour avoir la réponse à tout cela, il faut se diriger chez les éditions Walrus. Dans Zoulag : la filière sibérienne, on a tout ce qu'il faut pour avoir une novella zombie original. Le rythme est présent, les personnages ne sont pas caricaturaux et même les zombies ne sont jamais décrit de façon grotesques. Alors certes, on n'est pas réellement dans de l'horreur pure mais plutôt sur du thriller car le suspens l'emporte, mais cela fonctionne parfaitement car on se retrouve emprisonné dans le récit à qui l'on pourrait reprocher d'être trop court.
L'histoire se déroule après l'apocalypse zombie, l'humanité a donc su gérer le problème et faire face à l'invasion du virus. Mais voilà, il reste des zombies et ceux-ci sont enfermés dans des "zoulags" à des fins scientifiques. Le zombie est donc devenu un objet rare, précieux, que tout le monde ne peut se payer. C'est là qu'interviennent nos personnages principaux, qui se font du flouze en trafiquant ces morts-vivants.
On l'a bien compris, l'originalité du traitement zombie est clairement présente. Mais l'écriture alors, vaut-elle le coup ? Et bien lire un auteur français, ça a un énorme avantage. Quand on ne passe pas par la traduction, ça se sent très vite, et on ne peut que féliciter l'écriture de Stéphane Desienne car il est très rare de trouver des récits zombies qui ne tombent pas facilement ni dans le gore ni dans le grotesque. L'écriture est vraiment brillante, on nous conte cette histoire façon road zombie movie, et non seulement c'est appréciable mais en plus c'est bien fait.
En somme, ce livre vaut vraiment le coup d'oeil pour les amateurs du genre mais aussi ceux qui aimeraient changer leurs aprioris sur les zombies. On est sur de la novella, c'est court, ça se lit très bien, et on en redemanderait encore une bonne dose !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire